mercredi 4 novembre 2009

sur la piste du fer

























Circuit approximatif: http://www.openrunner.com/index.php?id=2232626

Mon vocabulaire est-il assez riche pour décrire notre émerveillement lors de cette sortie? Rien n'est moins sûr...
En direction de Prades, à hauteur du village de Vinça, notre instinct, inexorablement, nous pousse à emprunter la départementale 13. Le ruban escarpé longe le torrent la Lentillahttp://www.jeantosti.com/Lentilla/lentilla.htm et nous dépassons Ballestavy et Valmanya. Nous sommes en plein cœur de la route du fer. Haut lieu de la résistance et village martyre, Valmanya se découvre au détour d'un virage. Déjà la nature omniprésente affiche les couleurs flamboyantes de l'automne.A quelques encablures de là, nous atteignons le col de la Palomère perché à 1036 m. d'altitude. De là, à cheval sur la crête, nous dominons l'horizon dans son intégralité. La plaine du Roussillon, la ligne bleue des Albères, le Canigou proche, les Corbières arides. Rien ne manque à ce tableau. Devant nos yeux, une carte grandeur nature avec ses points caractéristiques et reconnaissables. Un sentiment de plénitude nous envahit et d'instinct, nous nous engageons sur la piste de Dalt (du haut). Partout des couleurs incroyables : cuivre, rouille, brun, jaune et j'en passe... La nature à l'occasion de notre visite s'est parée de ses plus beaux atours. Notre émerveillement est à son comble et nous fait oublier l'effort raisonnable nécessaire pour gravir la pente. De virage en virage, le paysage défile, tel un livre qui déroule ses pages. Nous sommes sur le sentier qui aboutit au site de la "Pinouse".http://pyreneescatalanes.free.fr/Thematiques/Batiments/Histoire/MineDeLaPinouse.php De ci de là, les témoignages de cette époque qui faisait la part belle au minerai de fer, se manifestent. Dans ce décor de rêve empreint d'histoire, nous accédons au site. Ces ruines et deux wagonnets abandonnés sont les seuls vestiges qui ont subsisté à cette ère révolue. Au milieu de cette ambiance et de ce décor anachronique, nous nous posons pour nous reposer et nous restaurer. Malgré le vent violent, nous sommes protégés et bien à l'abri des hautes futaies et sans nous hâter, nous nous imprégnons pleinement de cet endroit. Néanmoins, il se fait tard et nous retournons sur nos pas à la rencontre d'un monde plus contemporain. Ce rendez-vous avec l'histoire, non prémédité, agrémenté de la présence de l'automne et de ses couleurs sublimes aura été une réussite totale. Et c'est l'esprit serein et l'âme en paix que nous achevons ce périple au "plaisir des yeux"
Enregistrer un commentaire